Choix du bibliothécaire

[Actualités audiovisuelles] Soulèvements : ciné œil, ciné-poing

27 octobre 2016

L’exposition Soulèvements nous interroge sur la représentation des émotions collectives, des désordres sociaux. Le Mois du film documentaire à la BnF arpente le territoire des expressions politiques radicales, travaillé par la subjectivité de cinéastes engagés.

Agitation, contestation, désobéissance, insurrection, rébellion, résistance, révolution, soulèvement enfin, sont quelques-unes des bornes d’un espace d’expression radical, dont la rue et son contrôle sont à la fois l’enjeu et son théâtre.

La caméra semble, dès son origine, fascinée par les mouvements de la foule, le spectacle du tribun, les mots et les gestes qui feraient basculer l’Histoire. La conscience du cinéma comme instrument politique de propagande, mais également d’émancipation populaire, commence dès les premiers films soviétiques. L’image comme outil de mobilisation propre à soulever hier les masses, aujourd’hui l’opinion, trouve avec la télévision et le web, de nouveaux développements toujours plus proliférants.

Les formes contemporaines de contestation diffèrent pourtant des révolutions d’hier dans leur rapport aux images. Souvent rares hier, les images forment, maintenant, un flux instable et brûlant, qui soulève les consciences de manière plus instantanée. Leur impact est-il pour autant plus grand ? Nous émeuvent-elles davantage ? Ses images peuvent-elles encore nous soulever ?

Les films présentés varient grandement par leur durée, mais surtout par leurs supports de production (film argentique, vidéo analogique ou numérique), et par leurs moyens de tournage ; beaucoup exploitent, pour partie ou même en intégralité, un matériau filmique préexistant. Si leurs intentions sont elles aussi très hétérogènes, les cinéastes espèrent convaincre, émouvoir, interpeller, en tous les cas faire réfléchir - si ce n’est agir et faire agir - grâce à une écriture documentaire qui travaille le réel de sa singularité.

  • Au programme

Assiégés, insurgés
Pour montrer les victimes de la guerre, hier comme aujourd’hui, en France comme en Syrie ; pour dénoncer les méfaits de la colonisation et célébrer la décolonisation en marche, les cinéastes s’insurgent. Viscéralement engagé, leur discours mêle indissociablement la raison à l’émotion.

L’artiste et le peuple
Influencé par les théoriciens et les praticiens soviétiques comme Sergei Eisenstein ou Dziga Vertov, les cinéastes des années 60 réactivent le cinéma coup de poing. Les cinétracts répondent ainsi aux événements de mai 1968 ; Grupo cine liberación appelle à la libération mondiale ; Agnès Varda et Raymond Depardon documentent les soubresauts de la désobéissance civile et de la protestation de rue, à l’ombre de la violence des armes. Jean-Gabriel Périot enquête sur le front du refus dans l’Allemagne des années de plomb, pour nous montrer à quel point la question de la lutte armée reste de toute actualité.

La Révolution ne sera pas télévisée
Les médias jouent toujours un rôle nodal dans la représentation des soulèvements. Le contrôle des opérateurs publics de radio et de télévision reste un enjeu symbolique en temps de crise politique, en Roumanie en 1989, en Russie en 1991 et pourtant. Les images « citoyennes » prolifèrent grâce à l’extraordinaire diffusion des machines filmantes de poche. Horizontales et versatiles, elles trouvent malgré la censure, leur chemin sur le web, comme en Iran en 2009.

Occupations
Nulle part ailleurs sans doute, la Palestine ne cristallise autant les tensions autour de l’occupation dynamique d’un territoire disputé. L’image joue ici un rôle perturbateur, soulignant l’engagement physique du cinéaste, et l’instabilité d’un processus à la légalité toujours contestable. Un espace au centre de la ville comme la place Tahrir en Égypte, ou au contraire en périphérie comme la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, peut devenir le laboratoire d’une expérience sociale et utopique.

Lire ou téléchargez le programme complet.

  • Où et quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Bibliothèque du Haut-de-jardin, entrée libre tous les jours à partir de 17h

Séances permanentes sur tous les postes audiovisuels
Du mardi au samedi (10h-20h) et le dimanche (13h-19h)

Séances sur le grand écran de la salle A
Jusqu’au dimanche 4 décembre, du mardi au dimanche à 17h

  • À la Galerie du Jeu de Paume

L’exposition Soulèvements du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017 à la Galerie nationale du Jeu de Paume, site Concorde

Les projections à l’auditorium :
Envols, films expérimentaux et d’artistes proposés par Light cone (15 novembre 2016 à 19h00)
Le fonds de l’air est rouge, de Chris Marker (19 novembre, 14h)
Tomorrow Tripoli, de Florent Marcie (22 novembre, 18h)
Pétition, la cour des plaignants, de Zhao Liang (26 novembre 2016, 14h)
Vidéogrammes d’une révolution, d’Harun Farocki et Andrei Ujica (29 novembre 2016 à 18h)
Soy Cuba, de Mikhail Kalatozov (10 décembre à 14h)
La Grève, de Sergueï Eisenstein, suivi de Qu’ils reposent en révolte de Sylvain George (7 janvier 2017 à 14h)

Le site Soulèvements : soulevements.jeudepaume.org

Sur présentation d’une carte de lecteur BnF, le Jeu de Paume offre une journée Portes ouvertes gratuite, le samedi 5 novembre, et une visite guidée gratuite de l’exposition le samedi 12 novembre à 11h.

  • Au BAL, espace d’exposition dédié à l’image-document

L’exposition Provoke : entre contestation et performance - La photographie au Japon 1960-1975 du 14 septembre au 11 décembre 2016

  • Pour en savoir plus

Lire ou téléchargez le programme complet.
Lire les autres actualités des collections audiovisuelles de la BnF.
Toutes les [Actualités audiovisuelles] du Blog Lecteurs.

Julien Farenc (BnF)

______
Crédit photographique : Gilles Caron, Manifestations anticatholiques à Londonderry, 1969 © Gilles Caron - Fondation Gilles Caron - Gamma Rapho / Tahrir © Miguel Angel Sánchez (cc) certains droits réservés

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/10/actualites-audiovisuelles-soulevements-cine-oeil-cine-poing/trackback/

 

Laissez un commentaire