Choix du bibliothécaire, Expositions

Pour prolonger l’exposition Richard Avedon

28 octobre 2016

À l’occasion de l’exposition La France d’Avedon : vieux monde, new look présentée à la BnF jusqu’au 26 février 2017, le département Littérature et art présente en salle F du Haut-de-jardin une sélection d’ouvrages autour des travaux de Richard Avedon (1923-2004) afin d’en accompagner la visite.

L’exposition a choisi de présenter l’œuvre de Richard Avedon à travers les liens qu’il a entretenus avec Paris ; ses photographies de mode new look, les portraits ou encore son ouvrage sur Jacques-Henri Lartigue. Les ouvrages sélectionnés en salle F du Haut-de-jardin proposent de compléter cette approche ou de découvrir le reste de ses activités. C’est l’occasion de comprendre la richesse du travail d’un artiste qui a utilisé la force graphique de la photographie pour retranscrire sa vision de l’être humain traversé d’émotions complexes et parfois contradictoires.

Célèbre pour avoir révolutionné le monde de la photographie de mode en la faisant sortir des studios, Richard Avedon « consultant visuel » pour le film Funny face nous y dévoile sa manière de travailler : le personnage du photographe interprété par Fred Astaire est largement inspiré par lui. Ainsi, on constate qu’il n’hésite pas à créer un décor fictionnel en extérieur pour la mise en scène de ses séries. Le milieu de la mode donne à Avedon les moyens de mettre en œuvre son style photographique. Pour lui, peu importent les couturiers ou les tendances, son goût pour le portrait transparaît déjà dans ses photos de mode. Le sujet est souvent magnifié à travers un regard ou une allure plus que par le vêtement, le tout dans un « style aussi vivant que ses modèles » (Histoire de la photographie de mode par Nancy Hall-Duncan).

Et, en effet, ce sont surtout ses portraits qui ont fait sa signature. Ceux-ci répondent presque systématiquement aux mêmes règles de construction : noir et blanc sur un fond blanc, cadrage serré, format carré. Proches des travaux de Diane Arbus, Robert Frank ou encore William Klein, ses portraits, toujours empreints d’humanité, peuvent être sans concession.  Un trait que l’on reconnaît aussi bien dans ses portraits d’anonymes visibles dans le catalogue d’exposition Evidence 1944-1994. Richard Avedon ou dans An auto-biography publié en 1993 et que l’on retrouve dans ses portraits de célébrités visibles dans l’exposition de la BnF (salle Egoïste et salle Portraits français). Dans ses compositions dépouillées à l’apparente répétitivité de construction se dégage une grande attention aux visages et aux expressions.

C’est sans doute cette simplicité qui plut à Avedon dans l’œuvre de Jacques-Henri Lartigue, photographe chez qui la spontanéité est présente dans chaque image. Ainsi, dans Lartigue : l’album d’une vie, 1894-1986, on découvre l’importance de la photographie pour celui qui prenait des photos tous les jours et qui les consignait dans des journaux annotés quotidiennement. Avec Diary of a century, ouvrage de 1970 présenté dans l’exposition, Avedon apporte à Lartigue la reconnaissance du milieu artistique et trouve un écho à la composition de ses créations : sens de la vie et du mouvement, importance du blanc …

Pour en savoir plus :

- L’exposition La France d’Avedon : vieux monde, new look, sa bande annonce et son catalogue.

- les pages Richard Avedon et Jacques-Henri Lartigue dans data.bnf

- la Fondation Avedon

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/10/pour-prolonger-lexposition-richard-avedon/trackback/

 

Laissez un commentaire