Choix du bibliothécaire, Manifestations

[Club des livres] Artavazd Pelechian, édité et inédit

23 novembre 2016

Le Club des livres du samedi 3 décembre accueille Marguerite Vappereau et Claire Déniel, pour l’ouvrage collectif qu’elles ont dirigé sur Artavazd Pelechian – l’un des plus grands poètes qu’ait jamais connu l’art de l’écran.

Rencontre en présence de Serge Avédikian, cinéaste (Le scandale Paradjanov ou La vie tumultueuse d’un artiste soviétique, Celui qu’on attendait) et compagnon de route d’Artavazd Pelechian. La séance se terminera par la projection d’un quasi-inédit en France : la version courte de Notre siècle.

Rien ne ressemble aux films d’Artavazd Pelechian. Certaines images sont inoubliables dès lors qu’on les a vues. Il en va ainsi de ces bergers, dans Les saisons (1975-1977), dévalant des pentes insensées, dans des prés fauchés, sur la musique des Quatre saisons de Vivaldi (soudain, une mélodie devenue une vraie scie se lève à nouveau et nous ravit).

Il y a une trentaine d’années, on commençait à découvrir en France un cinéaste soviétique d’origine arménienne à l’œuvre fulgurante. Le livre Artavazd Pelechian, une symphonie du monde nous rappelle la révélation que ce fut, en republiant des textes de Serge Daney, de Dominique Païni, de Jean-Michel Frodon, et une conversation de Pelechian avec Jean-Luc Godard.

Pelechian n’a plus réalisé de films depuis 1993 et toute son œuvre tient en quatre heures de temps. Mais la puissance en est intacte. Son lyrisme cosmique embrasse le destin de l’homme et celui des animaux, le temps des légendes et l’aventure de la modernité.

Le livre dirigé par Marguerite Vappereau et Claire Déniel explore ainsi l’éblouissante richesse de Nous (1969), Les habitants (1970), Notre siècle (1982), Fin (1992), Vie (1993), et quelques autres films encore. Il fait aussi une place à ses écrits, notamment à sa théorie du « montage à distance » qui le démarque des avant-gardes historiques. Pelechian, à partir d’une matière d’images en mouvement perpétuel, construit des formes circulaires et nous invite à « retrouver la sérénité au-dessus des emballements » (Dominique Païni).

À l’issue de la rencontre à la BnF sera présenté quasiment pour la première fois en France le second montage de Notre siècle. Il s’agit d’une version resserrée de 30 minutes, censée constituer la version définitive du film aux yeux de l’auteur, et dont la BnF a récemment numérisé une copie vidéo analogique confiée par Serge Avedikian.

On dit souvent que le cinéma est une synthèse des autres arts, je pense que c’est faux. Pour moi, il date d’avant la tour de Babel, d’avant la division en différents langages. Pour des raisons techniques, il est apparu après les autres arts mais par nature, il les précède. (…) J’utilise ce que j’appelle les images absentes. Je pense qu’on peut entendre les images et voir le son. (Artavazd Pelechian)

  • Où et quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Club des livres - Hall Est
Samedi 3 décembre - 17h
Entrée libre

  • Pour en savoir plus

Artavazd Pelechian et le montage : site pédagogique sur le cinéma de Pelechian.
Le site consacré par la revue Cadrage à Artavazd Pelechian.

Julien Farenc (BnF)

______
Crédit photographique : Couverture de l’ouvrage Artavazd Péléchian : une symphonie du monde, sous la direction de Claire Déniel et Marguerite Vappereau, Yellow Now / Côté cinéma, 2016

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/11/club-des-livres-artavazd-pelechian-edite-et-inedit/trackback/

 

Laissez un commentaire