Ailleurs, Choix du bibliothécaire

Charlotte Brontë : une vie d’écriture

21 décembre 2016

Jusqu’au 2 janvier 2017, la Morgan Library & Museum de New York présente une exposition intitulée Charlotte Brontë : an independent will, consacrée à une grande figure de la littérature anglaise de l’époque victorienne. L’exposition retrace l’imaginaire de l’écrivain, depuis ses débuts littéraires dès adolescence jusqu’à l’édition de ses poèmes et romans, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance.

Possédant des manuscrits et une part importante de la correspondance de la famille Brontë, la Morgan Library s’est associée au Brontë Parsonage Museum, situé à Haworth dans le Yorkshire, où vivait Charlotte en compagnie de son frère Branwell et de ses sœurs, également écrivains.

Le visiteur peut ainsi découvrir divers objets personnels, comme son bureau portatif en bois, sa boîte d’aquarelle ou cette  robe à fleurs portée autour de 1850, ainsi que le manuscrit original du roman Jane Eyre et des portraits prêtés par la National Portrait Gallery de Londres.

Un univers littéraire prolifique

Née en 1816 à Thornton, Charlotte Brontë est l’une des plus grandes romancières anglaises. Élevée par un père pasteur dans des conditions de vie difficiles, elle perd tôt sa mère et se retrouve l’aînée d’une fratrie passionnée par l’écriture. Si deux de ses sœurs meurent des conditions d’hygiène déplorables dans une école du nord de l’Angleterre, celle de Cowan Bridge, qui marque fortement l’auteure et devient celle de Lowood dans Jane Eyre, Charlotte Brontë n’en garde pas moins une énergie créatrice remarquable. Avec son frère Branwell et ses sœurs Emily et Anne, une véritable symbiose familiale se développe autour d’un univers littéraire dense et riche. Imaginant des journaux miniatures, écrits d’une écriture microscopique, les enfants Brontë créent le royaume de Glass Town et conçoivent des récits, pièces de théâtres et poèmes, élaborant une foule de personnages, qui serviront d’esquisses à leurs futurs romans.

Le cheminement vers la publication

Ayant rencontré des difficultés dans la vie professionnelle en tant qu’institutrice, puis gouvernante, l’écrivain séjourne en Belgique avec Emily afin de parfaire ses qualités pédagogiques et sa connaissance du français. Subissant l’ascendant de l’érudit Constantin Héger, qui dirige le pensionnat, Charlotte rentre à Haworth, puis cesse toute correspondance avec son “maître”.  Découvrant la grande qualité des poèmes écrits par Emily, elle se lance dans l’aventure de la publication avec un premier volume collectif qui paraît sous le titre Poems by Currer, Ellis and Acton Bell (1846), camouflant son nom sous un pseudonyme. Avec son deuxième roman Jane Eyre (1847), héritier du roman gothique, elle scandalise les valeurs alors admises, choquant par l’affirmation de soi et la détermination de l’héroïne. Elle publiera Shirley (1849), puis Villette (1853), soutenue par son éditeur George Smith et par sa connaissance du Londres littéraire. Elle se marie avec un vicaire, Arthur Bell Nicholls et projette de rédiger un nouveau roman avant de mourir en 1855 à l’âge de 38 ans.

Pour aller plus loin, vous pouvez :

-    Explorer l’exposition Charlotte Brontë : an independent will
-    Lire dix lettres de Charlotte Brontë ainsi qu’une fiction fantastique sur le site de la Mogan Libray
-    Vous référer à la page dédiée à Charlotte Brontë dans les collections de la BnF
-    Lire Jane Eyre sur Gallica

Illustration : Charlotte Brontë par George Richmond, 1850. National Portrait Gallery

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/12/charlotte-bronte-une-vie-decriture/trackback/

 

Laissez un commentaire