Choix du bibliothécaire, Hommage

Shakespeare, l’incomparable

1 décembre 2016

Né en 1564 à Stratford-upon-Avon et mort en 1616, il y a 400 ans, William Shakespeare est l’un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de langue anglaise, qui influence aujourd’hui encore les artistes.

Ses pièces, comédies et tragédies, continuent d’être jouées partout dans le monde. La troupe de Shakespeare, qui résidait au théâtre du Globe, était réputée comme la meilleure compagnie de Londres. Son influence sur le théâtre moderne a contribué à la transformation de la dramaturgie et ouvert le champ de la création sur les personnages, leur psychologie, l’action et le genre.

Une vie mystérieuse

Le registre paroissial de Stratford-upon-Avon conserve la trace de la date du baptême et la date d’enterrement de William Shakespeare, pourtant une minorité a prétendu qu’il utilisait un nom d’emprunt pour signer ses livres en se faisant appeler Shakespeare. Fils d’un notable, Shakespeare reçoit une éducation en littérature latine, en histoire, en logique et en rhétorique, puis commence à gagner sa vie assez tôt, et épouse à 18 ans Anne Hathaway. Certaines périodes ne laissent aucune trace de lui, par exemple entre 1585 et 1592, date à laquelle il fait partie du milieu théâtral londonien.

En 1594, Shakespeare est engagé en tant qu’acteur et dramaturge au Theatre dans la troupe de James Burbage pour laquelle il va écrire. La troupe, rebaptisée en 1603 « la troupe du roi », officie dans le théâtre du Globe, situé près de la Tamise. Devenu copropriétaire du théâtre du Globe en 1598, Shakespeare partage les bénéfices des spectacles et devient entrepreneur. Vers 1604, il s’achète une propriété à Londres où il vit et installe sa famille. Il prend sa retraite en 1611 et meurt en 1616 à l’âge de 52 ans, sans descendant direct. Enterré dans l’église de la Sainte-Trinité à Stratford-upon-Avon, un buste commandé par sa famille le représente en train d’écrire.

De nouveaux canons dans le théâtre élizabéthain

Écrivant avec une grande régularité, en moyenne deux pièces pan an, trente-sept pièces en vingt ans, Shakespeare est le premier auteur à acquérir rapidement une aisance financière, qu’il doit à sa plume. Classées en plusieurs catégories, les pièces de Shakespeare comportent des tragédies, des comédies et des pièces historiques. Parmi les plus célèbres, citons Hamlet, Macbeth, Le Roi Lear (King Lear), Roméo et Juliette (Romeo and Juliet), Comme il vous plaira (As you like it), Le Songe d’une nuit d’été (A Midsummer Night’s dream), Richard III, La Tempête (The Tempest) … Quant aux œuvres poétiques, les plus célèbres sont Les Sonnets et Vénus et Adonis.  Shakespeare a également collaboré avec d’autres dramaturges, comme la plupart des écrivains de son époque, notamment pour Les Deux Nobles Cousins ou Titus Andronicus.

Son théâtre, à la fois esthète et populaire, séduit le public et renouvelle le genre, apportant une richesse nouvelle aux personnages et à leurs émotions. Les formes habituelles du théâtre anglais de l’époque étaient les Moralités de l’époque Tudor, des pièces mélangeant piété, farce et burlesque. D’autres formes théâtrales s’appuyaient sur la dramaturgie romaine, souvent jouées en latin, privilégiant les discours longs. Shakespeare apporte donc la splendeur poétique et la profondeur philosophique autour d’actions et de héros complexes, hissant le nouveau genre théâtral à un niveau élevé de qualité, qui résonne émotionnellement et pose des interrogations sur la nature humaine.

Postérité du style Shakespearien

Son style trouvera de multiples échos dans la littérature des siècles suivants. L’influence de Shakespeare, autour des personnages et des nouvelles modalités théâtrales, a marqué la scène anglaise dès le XVIIe siècle et jusqu’à nos jours. Essentiellement basé sur des faits historiques, reprenant les horreurs de la monarchie anglaise, les excès, les violences, les folies, les meurtres, le théâtre de Shakespeare montre aussi le langage du peuple et démontre sa capacité à créer une popularité nouvelle, ouvrant une nouvelle ère théâtrale.

D’autres œuvres tragiques s’inspirent des périodes plus anciennes comme Roméo et Juliette, dont l’action se situe à la Renaissance en Italie. Amoureux des mots et attentif à leurs sonorités, Shakespeare invente des néologismes, tirés du fond germanique de la langue ou faisant appel à des racines latines ; beaucoup d’entre eux sont passés à la postérité, amenant un enrichissement lexical à la langue anglaise. Il jonglait également avec les sens, se faisant poète et élargissant le pouvoir sémantique des mots, mélangeant souvent vers et prose, apportant d’infinies modulations dans l’expression des personnages.

Où et quand ?

De nombreux ouvrages sur la vie et l’œuvre de Shakespeare, en français et en langue originale, sont à votre disposition en libre-accès dans la salle G (Littératures du monde) de la Bibliothèque du Haut-de-jardin, où ils font l’objet d’une présentation cet automne.

Le département de l’Audiovisuel propose également une programmation spéciale dans la salle A.

Pour en savoir plus vous pouvez

- vous référer à la page dédiée à Shakespeare sur data.bnf,
- consulter la bibliographie qui lui est consacrée,
- et feuilleter les premières éditions des pièces de Shakespeare.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2016/12/shakespeare-l-incomparable/trackback/

Commentaires (1)

  1. Monsieur,
    je ne vous laisse pas un commentaire mais je voulais vous signaler un blog que je viens de créer sur Shakespeare et qui peut vous intéresser. Cordialement

    http://universdeshakespeare.blogspot.fr/

 

Laissez un commentaire