Choix du bibliothécaire, Manifestations

Yasmina Reza, en lisant, en écrivant

26 janvier 2017

Le 31 janvier prochain, Yasmina Reza inaugurera le nouveau cycle que la BnF consacre à des écrivains contemporains : En lisant, en écrivant, une collection de masterclasses littéraires.

Dramaturge et romancière, Yasmina Reza est une écrivaine à la production très variée. Elle est aussi actrice et s’est essayée à la réalisation.

Née à Paris en 1959 d’un ingénieur russo-iranien et d’une violoniste hongroise, elle étudie le théâtre et la sociologie à Nanterre. Ses premières pièces, Conversations après un enterrement (1987) et La Traversée de l’hiver (1990) sont déjà très bien reçues. Mais elle se fait surtout connaître du grand public avec Art (1994), qui, mise en scène par Patrice Kerbrat avec Fabrice Luchini, Pierre Arditi et Pierre Vaneck, rencontre un succès international.

Comme Art, qui se moque de la manière dont trois amis se comportent et très vite se déchirent face à un tableau résolument abstrait, un monochrome blanc, les pièces de Yasmina Reza mettent souvent en scène les stéréotypes de langage et les travers ridicules de notre société contemporaine. Adaptées dans plus de trente-cinq langues, elles lui ont valu de nombreux prix, dont des Molières et divers prix anglo-saxons prestigieux (deux Tony Awards et deux Laurence Olivier Awards).

En janvier 2008, elle met en scène, Le Dieu du carnage (2006) au théâtre Antoine, avec Isabelle Huppert, André Marcon, Valérie Bonneton et Éric Elmosnino. En 2009, elle porte elle-même à l’écran Une pièce espagnole (2004), qui devient Chicas au cinéma, avec Carmen Maura, André Dussollier et Emmanuelle Seigner. Elle participe aussi à l’adaptation de sa pièce Le Dieu du carnage au cinéma : le film Carnage, que réalise Roman Polanski, sort en 2011 et reçoit le César de la meilleure adaptation.

le mélange des genres

Yasmina Reza est également l’auteure de romans et de récits avec par exemple Hammerklavier (1997), Une désolation (1999), Adam Haberberg (2002), ou Heureux les heureux (2013). À partir de l’automne 2006, elle a aussi suivi Nicolas Sarkozy pendant sa campagne électorale, afin d’écrire un livre-enquête intitulé L’Aube le soir ou la nuit (2007). En novembre dernier, elle a reçu le prix Renaudot pour son roman Babylone (2016).

Peut-être y a-t-il en France une résistance face au mélange des genres et d’une certaine nonchalance à l’égard des dogmes, que je revendique. Ce que je fais n’est ni du Lars Noren ni du Feydeau. Je mélange tout, les niveaux de langue, le recherché et le trivial, les degrés d’importance, le grave et le comique. Peut-être faut-il encore du temps pour que ma façon d’écrire le théâtre soit comprise comme je l’aimerais. (Entretien, L’Express, janvier 2013)

Même si son style très particulier, qui n’hésite pas à mixer les genres comme elle le souligne ci-dessus, est parfois critiqué, Yasmina Reza manie avec beaucoup de finesse l’art de ne pas conclure : elle excelle à montrer les multiples facettes d’une réalité, à travers différents personnages ou par un art subtil du montage, sans jamais trancher ni délivrer de message définitif.

Son œuvre a déjà fait l’objet de plusieurs essais critiques, dont certains sont disponibles en libre-accès dans la salle H pour ceux qui veulent aller plus loin :
- Avez vous lu Reza ? une invitation philosophique de Denis Guénoun (2005)
- Yasmina Reza ou Le théâtre des paradoxes, de Salah el Gharbi (2010)
- Yasmina Reza, le miroir et le masque d’Alice Bouchetard (2011)
- Les fruits de la passion : le théâtre de Yasmina Reza d’Hélène Jaccomard (2013)
Et on peut lire en ligne cet article de Barbara Métais-Chastanier : « L’”Art” du montage chez Reza » (Fabula, décembre 2006).

De nombreux livres de Yasmina Reza sont également disponibles en libre accès dans la salle H. Enfin l’ensemble des documents que l’on peut trouver à la BnF, au Département des Arts du spectacle en particulier, par exemple de nombreuses photographies des mises en scène de ses pièces, est regroupé dans la page data.bnf qui lui est consacrée.

En lisant, en écrivant
Une collection de masterclasses littéraires

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre – à l’occasion de ses 70 ans – inaugurent le 31 janvier une collection de masterclasses avec sept grands écrivains contemporains. Animées par des producteurs de France Culture, qui les diffusera dans sa grille d’été, ces rencontres se déroulent en public à la BnF et proposent une plongée dans la création littéraire contemporaine.

Pourquoi écrivez-vous ? Ces masterclasses seront l’occasion de poser à des grandes figures de la littérature contemporaine cette question essentielle et toutes celles que se posent leurs lecteurs. Les conditions de l’écriture, la genèse des livres, l’inspiration, le plaisir et la souffrance, la solitude, le travail au quotidien, l’édition des textes, la réception des œuvres … Qu’est-ce qu’une vie d’écrivain, qu’est-ce que l’acte d’écrire ?

Sont invités cette première année, pour répondre à cette question, des auteurs aux inspirations, aux parcours et aux écritures extrêmement variés : Yasmina Reza, Jean Echenoz le 21 février, Jean Rolin le 7 mars, Pierre Guyotat le 18 avril, Olivier Rolin le 2 mai, Maylis de Kerangal le 6 juin et Pierre Michon le 13 juin.

Yasmina Reza sera l’invitée d’Arnaud Laporte le mardi 31 janvier, de 18h30 à 20h00 au Petit auditorium.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2017/01/yasmina-reza-en-lisant-en-ecrivant/trackback/

 

Laissez un commentaire