BnF

[Club des livres] Lettres de Baudelaire à sa mère.

29 mai 2017

« Ma chère mère, vous ignorez tellement ce que c’est qu’une existence de poète »

Rencontre avec Catherine Delons pour un « club des livres » le 3 juin à l’occasion de la parution des Lettres de Baudelaire à sa mère, 1834-1866.

Considérée sous l’angle à la fois particulier et essentiel de sa relation à sa mère, la vie de Charles Baudelaire apparaît comme une triste quête sans fin du sein maternel. Ses appels incessants au soutien financier, à l’affection et à la présence de Catherine Aupick dessinent l’image d’une mère nourricière mais aussi muse quand les autres femmes lui font défaut. Mais le lait maternel a un goût parfois amer pour le poète qui le boit sur le tard…

« Mort il y a 150 ans, Charles Baudelaire n’en finit pas d’être d’actualité. Reconnu comme le géant du 19e siècle et de la modernité par Walter Benjamin , aujourd’hui encore de nombreuses études , poursuivent le questionnement de son œuvre poétique comme de sa vie d’errance de Paris jusqu’à Bruxelles.

La publication de sa correspondance avec sa mère, Catherine Aupick , aux Editions Manucius marquera ces études tant elle apporte un éclairage crucial au processus de création poétique de Baudelaire. Une édition magnifique qui est l’œuvre de Catherine Delons, experte baudelairienne dont les travaux furent notamment couronnés du prix de la critique de l’académie Française.

Rencontre avec l’auteur Catherine Delons pour un « club des livres » à l’occasion de la parution des Lettres de Baudelaire à sa mère, 1834-1866 aux Editions Manucius, animée par Marc Rochette (BnF), suivie d’une séance de dédicace.

Le samedi 3 juin de 17h00 à 18h00 au lieu-dit « Aquarium », Hall Est, Quai François-Mitterrand – Paris 13e. Entrée libre.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2017/05/club-des-livres-lettres-de-baudelaire-a-sa-mere/trackback/

 

Laissez un commentaire