Expositions

Autour du corps et de l’imaginaire : manuel de natation

26 avril 2018
Sentimens des plus habiles peintres sur la pratique de la peinture et sculpture, mis en tables de préceptes, avec plusieurs discours académiques, ou conférences tenues en l'Académie royale des dits arts...

Sentimens des plus habiles peintres sur la pratique de la peinture et sculpture, mis en tables de préceptes, avec plusieurs discours académiques, ou conférences tenues

L’exposition Georges Vigarello et ses livres. Le corps et l’imaginaire se tient actuellement à la Bibliothèque de l’Arsenal. Georges Vigarello, directeur d’études à l’EHESS, donne ici à voir une petite partie de la collection qu’il mit à contribution pour ses recherches.

A l’image de son œuvre consacrée autant au corps et aux émotions qu’à la condition physique, cette présentation de documents est organisée en plusieurs séquences : des silhouettes, des jeux aux sports, des visages, l’anatomie et ses modèles, comprendre le mouvement, eaux, histoire culturelle de la robe. L’exposition présente des livres anciens ou modernes illustrés selon toutes les pratiques en usage lors de leur production : gravure sur métal, apparition de la couleur, photographie…

L’exposition est l’occasion de rechercher dans les collections de la bibliothèque de l’Arsenal d’autres livres en lien avec la thématique explorée par Geoeges Vigarello.

planche 38 XXXII

planche 38 XXXII

Le plus ancien manuel de natation français est publié à Paris en 1696. Ecrit par Melchisédech Thévenot, ce traité intitulé L’art de nager, demontré par figures, avec des avis pour se baigner utilement est abondamment illustré. Dans la préface, l’auteur avertit le lecteur du faible intérêt de son texte initialement destiné aux gens de mer ; puis il se ravise et songe aux personnes cherchant à se divertir, à celles qui seraient confrontées à une brusque montée des eaux et aux voyageurs amenés à quitter rapidement un bateau faisant naufrage. Assez vite vient une question : la nage est-elle naturelle à l’être humain ? Puisque certains des animaux nagent naturellement, l’homme, qui est à ranger parmi eux, devrait facilement évoluer dans l’eau. Comme tout sophisme, cette proposition a ses limites. En effet, les individus ne disposent pas tous des mêmes forces physiques, ni de la même sensibilité. Suffit-il d’agiter les mains et les pieds pour nager correctement ? Bien sûr, l’art de nager c’est celui de se mouvoir aisément dans un milieu aquatique, mais il faut aussi songer au plongeur ou au sauveteur en mer qui doit pratiquer un certain nombre de manœuvres dans l’eau. Thévenot précise qu’il est recommandé de nager à la fin du printemps ou en été, et de jour plutôt que de nuit ; il décrit davantage la nage en rivière que celle en pleine mer. Cet homme, qui est bibliothécaire du Roi et compilateur de récits de voyages, décrit tous les mouvements possibles du nageur, plus ou moins praticables d’ailleurs. Le paragraphe intitulé « se botter » décrit l’action de celui qui « met ses bottes » tout en nageant, et peut ainsi nettoyer ses pieds et ses jambes tout en se déplaçant.

  • Pratique

Exposition présentée à la Bibliothèque de l’Arsenal

BnF, Site Arsenal. Exposition ouverte du mardi au dimanche jusqu’au 13 mai, de 12 heures à 19 heures, entrée gratuite.

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2018/04/autour-du-corps-et-de-limaginaire-manuel-de-natation/trackback/

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.