Manifestations

[Actualités audiovisuelles] Bande dessinée et jeu vidéo

15 mai 2018

Le 16 mai, dans le cadre du cycle Les pionniers du jeu vidéo, venez écouter Benoît Sokal parler des liens entre la bande dessinée et le jeu vidéo français.

French touch. C’est ainsi qu’on a désigné une spécificité française dans la création de jeux vidéo : des jeux moins axés sur le défi ludique et davantage sur les qualités esthétiques et la richesse des univers. La bande dessinée a exercé une grande influence sur ces productions.

C’est que les premiers jeux vidéo français apparaissent à une époque où la bédé franco-belge est en pleine ébullition : dans les années 60, le magazine Pilote a servi d’incubateur pour de nombreux artistes et, dans les années 70, le 9e art est devenu plus adulte et plus libre. C’est l’époque de Fluide glacial et de Métal hurlant, de Gotlib, Philippe Druillet, Enki Bilal, Jacques Lob et bien d’autres.

Cette influence, on la retrouve évidemment avec Les Schtroumpfs, Tintin sur la lune, Astérix et Obélix ou encore Iznogoud. Autant d’adaptations réalisées par Infogrames qui inaugure « l’ère de la production industrielle des logiciels » en France, d’après le magazine Tilt de février 1988. Cependant, il existe aussi des expériences plus inhabituelles.

Il semble ainsi qu’en 1986, Les passagers du vent, adaptation de la bande dessinée de François Bourgeon, soit le tout premier jeu vidéo à intégrer pleinement les codes formels de la bande dessinée, découpant l’action en une multiplicité de cases à une époque où le jeu d’aventure était pensé comme une succession de salles. De même, en 1999, Cryo lance le pari d’adapter la tétralogie wagnérienne du Ring dans un contexte de space opera sous la direction artistique de Philippe Druillet.

Or, la même année sort L’Amerzone : le testament de l’explorateur, un jeu pour lequel Benoît Sokal ne participe pas seulement au scénario et à la dimension visuelle, mais aussi à la conception ludique. Le jeu s’empare du modèle de Myst pour transporter le joueur dans une aventure entre l’observation naturaliste et la fantaisie imaginaire, en quête du mystérieux œuf des oiseaux blancs. Quelques années plus tard, c’est dans un monde de glace et d’automates que nous invite le créateur de bande dessinée avec Syberia.

Lors d’une rencontre animée par Guillaume Grandjean, doctorant à l’Université de Lorraine et organisateur du séminaire InGame à l’ENS, Benoît Sokal nous fera part de son expérience à la fois comme auteur de bande dessinée et créateur de jeu vidéo. Un espace de présentation permettra également au public de s’essayer à une sélection de titres emblématiques de cette thématique.

  • Où et Quand ?

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, salle 70
Mercredi 16 mai 2018 - 18h30 à 20h
Entrée libre

Jean-Charles Ray (chercheur invité BnF, lauréat de la bourse Pigott)

______
Crédit photographique : L’Amerzone
© Microids (DR)

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2018/05/actualites-audiovisuelles-bande-dessinee-et-jeu-video/trackback/

 

Laissez un commentaire