Ailleurs, Choix du bibliothécaire

Japonismes 2018

19 juillet 2018

La saison culturelle « Japonismes 2018 » marque le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France. Depuis 1868, les échanges culturels et artistiques entre les deux pays ont été intenses : alors que le Japon s’ouvre au monde avec la Restauration de Meiji, les collectionneurs d’art européens rapportent des œuvres et objets japonais qui influencent un renouvellement des formes et des motifs artistiques occidentaux à travers le japonisme. Cette thématique est aujourd’hui reprise pour une saison culturelle, s’étendant de juillet 2018 à février 2019, dont l’ambition est de montrer la richesse de la culture japonaise en France, à travers des spectacles de danse ou de théâtre, des expositions, des concerts…

Le Japon à la BnF

La BnF conserve des collections japonaises importantes et variées. Le site François-Mitterrand accueille les collections d’imprimés modernes et contemporains, en littérature, art contemporain et sciences humaines et sociales, sans oublier les documents audiovisuels, que la bibliothèque continue d’acquérir afin de rester au plus près de l’actualité éditoriale et culturelle. La salle G, en particulier, propose une documentation généraliste sur la culture japonaise, de la littérature (traduite et en langue originale) ainsi que des manuels de langue japonaise.

Les départements spécialisés du site Richelieu conservent quant à eux des documents patrimoniaux anciens et précieux. Dans cet ensemble constitué en grande partie par les dons de collectionneurs de l’époque du japonisme, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècles, on trouve des estampes, des rouleaux illustrés et des manuscrits calligraphiés.

Quelques volumes à découvrir dans la salle G cet été

Nihon bijutsu zenshû : Anthologie de l’histoire de l’art du Japon.
Tōkyō : Shōgakukan, 2012-2016

Les 21 volumes de cette série retracent de manière encyclopédique l’histoire de l’art japonais, sous toutes ses formes, des origines à nos jours. Les illustrations grand format présentent une anthologie de la sculpture, de l’architecture, des arts décoratifs, mais aussi des courants picturaux classiques et modernes et jusqu’à l’art contemporain japonais. Elles s’accompagnent de commentaires en japonais avec des résumés en anglais. Grâce à un déroulement à la fois chronologique et thématique, l’ensemble est une invitation à la découverte de toute la culture japonaise dans sa diversité.

volume 5 : Rouleaux illustrés et arts de la cour, période de Heian, II

Ce volume est centré sur les productions de la cour de Heian (capitale impériale du Japon entre les 8e et 12e siècles). Il met notamment en valeur le patrimoine écrit médiéval, à travers des rouleaux peints, qui furent le premier support des productions littéraires japonaises, tel le Dit du Genji ; des manuscrits sur éventails, sur des papiers richement ornés ou encore des calligraphies au pinceau.

volume 13 : Sôtatsu, Kôrin et la villa impériale Katsura : période d’Edo II

La période d’Edo, de 1600 à 1868, fut une période de prospérité et de paix relative propice au développement des arts : plusieurs volumes de la série des Nihon bijutsu zenshû lui sont consacrés. Celui-ci se concentre sur les arts décoratifs du style des peintres Sôtatsu et Kôrin au 17e siècle, également appelé « école Rinpa ». Des poèmes calligraphiés accompagnent souvent les fleurs, les pins et les paysages sur les paravents.

volume 15 : Les beaux-arts d’Edo et l’ukiyo-e : période d’Edo IV

L’estampe japonaise, ou ukiyo-e, connut son essor pendant la période d’Edo (1600-1868). Reproductibles, les œuvres gravées sur bois se diffusent dans la bourgeoisie et leur contenu reflète le développement de la culture populaire. Sharaku, par exemple, est particulièrement célèbre pour ses portraits d’acteurs de kabuki, théâtre dont le répertoire se forme à la même époque.

volume 20 : L’art japonais aujourd’hui et demain : 1996 à aujourd’hui

Ce dernier volume de la série est le plus éclectique : l’art contemporain japonais y est présenté à travers les beaux-arts (sculpture, peinture…) mais également les installations, l’architecture, le design (voire les packagings de produits courants), la mode, la photographie, ou encore l’illustration. La plupart des œuvres questionnent la société japonaise d’aujourd’hui : pop-culture et des détournements des codes du manga, et servent souvent un propos politique : sur le nucléaire ou l’environnement. Il dresse en cela un aperçu très complet de la culture visuelle japonaise actuelle.

En savoir plus

La programmation culturelle, à Paris et en province, est disponible en ligne sur le site officiel.
Voir également les livrets en libre-service, dans les salles G (Haut-de-jardin) et W (Rez-de-jardin).

Le Portail France-Japon de la BnF sur le japonisme « originel », dossiers thématiques sur les premiers contacts entre la France et le Japon, exposition virtuelle.

À rebours d’Hokusai : l’art japonais avant 1850 - Bibliographie sélective (2014).

Coralie Castel, département littérature et art

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2018/07/japonismes-2018/trackback/

 

Laissez un commentaire