Hommage

Hommage à Ara Güler

23 octobre 2018

Ara Güler

Ara Güler, célèbre photographe turc d’origine arménienne, s’est éteint à l’âge de 90 ans, le 17 octobre 2018, après une très longue carrière internationale.

Surnommé « l’Œil d’Istanbul », ses clichés en noir et blanc témoignent de l’histoire de sa ville natale et en reflètent les contradictions, entre tradition et modernité.

La présence de l’homme dans la photographie est primordiale pour Ara Güler, qui se considère comme un historien visuel. Il s’attache à offrir aux gens les souvenirs de leur souffrance et de leur vie à travers ses photographies.

« Photojournaliste et photographe sont confus. Nous ne sommes pas des photographes, nous sommes des photojournalistes ».

Selon lui, l’art peut mentir mais la photographie, n’est qu’un reflet de la réalité et c’est une des raisons pour laquelle il préfère le photojournalisme à la photo artistique.

Né le 16 août 1928 à Istanbul, il est d’abord attiré par le cinéma. Plus tard, il commence sa carrière comme photojournaliste au sein du journal Yeni Istanbul puis pour le quotidien Hürriyet. En 1958, il devient le correspondant de Time-Life lors de l’ouverture de leur branche en Turquie. Peu après, il travaille pour d’autres magazines tels que Stern, Paris Match et Sunday Times. En 1961, il est nommé photographe en chef au sein du magazine Hayat à Istanbul. Dans la même année, il rejoint Magnum photos et devient membre de l’American Society of Magazine Photographers.

« Les gens m’appellent le photographe d’Istanbul. Mais je suis un citoyen du monde, un photographe du monde ».

À travers son métier, il est amené à voyager dans de multiples pays du monde, de l’Afrique à l’Asie, qu’il photographie avec sa vision réaliste.
Dans les années 70, il interviewe des artistes et des hommes politiques tels que Salvador Dali, Marc Chagall, Willy Brandt, Ansel Adams, Sophia Loren, Alfred Hitchcock, Willy Brand, Maria Callas, Pablo Picasso, Indira Gandhi, Winston Churchill et tant d’autres. Il partage ses anecdotes liées à ces rencontres dans sa biographie écrite par Nezih Tavlas, photographe de presse comme lui.

Ses clichés sont exposés de son vivant à Bruxelles, Senigallia en Italie, Paris, en passant par Toulouse et bien sûr Istanbul. En 2005, lors de l’invitation de la Galerie Jean Brolly à Paris, il expose sous le titre « Sevgili Istanbul » avec Sarkis, artiste originaire d’Istanbul, tout comme lui.
En 2009, ses œuvres sont également présentées sous le titre « Lost istanbul » à la Maison européenne de la photographie lors de la Saison de la Turquie en France (juillet 2009-mars 2010).
Une autre exposition rétrospective, intitulée « Ara Güler, das Auge Istanbuls » a lieu au Willy Brandt Haus à Berlin en 2014-2015.

Il remporte plusieurs prix pour ses œuvres : Maitre de Leica en Allemagne en 1962, Photographer of the Century en 1999, Lucie Awards en 2009, Légion d’honneur en France, Grand prix de la culture et des arts de Turquie en 2011. En août 2018, un musée dédié à ses œuvres a ouvert à Istanbul.

Pour aller plus loin

- Ara Güler à la BnF

- et le site officiel d’Ara Güler

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2018/10/hommage-a-ara-guler/trackback/

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.