Manifestations

À la découverte des sons de la langue japonaise

19 janvier 2019

Mémoire sonore du japon

Mémoire sonore du japon

La saison culturelle Japonismes 2018, célébrant les liens entre la France et le Japon, touche bientôt à sa fin. Dans ce cadre, la Bibliothèque nationale de France met à l’honneur le patrimoine sonore japonais conservé dans ses collections grâce à un colloque international organisé le 25 janvier prochain, sous le haut patronage de l’ambassade du Japon à Paris. Sous le titre Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue, les différents panels exploreront des thématiques autour de la langue parlée et de la voix, en lien avec les problématiques liées à leur archivage.

Une partie du colloque sera consacrée aux divers aspects du son et de la langue japonaise parlée. Pour n’en citer que quelques-uns : l’importance de la voix fera l’objet de l’intervention de Suzuki Seiko (Université Paris Diderot/CRCAO) : « Entre les paroles et le chant : la revendication de la voix dans les années 1960 et 1970 » ;  Maruyama Takehiko (Université Senshū/NINJAL) évoquera quant à lui les évolutions contemporaines : « Diachronic change in spoken Japanese in the 20th century » (en anglais).

Les documents sonores conservés par la BnF, dont certains sont numérisés, sont pour ces sujets d’étude une ressource de première importance. Le Catalogue Général de la BnF y apporte un complément avec les imprimés sur la langue japonaise : manuels, vocabulaires et dictionnaires, et travaux académiques dans les différents domaines de la linguistique (histoire de la langue, sociolinguistique, grammaires comparées, philologie, sémantique…), ainsi que les publications concernant les langues Aïnou et des Ryūkyū.

Ressources en linguistique

Ces thématiques sont l’occasion de signaler que le lecteur trouvera également dans les collections des dictionnaires consacrés aux onomatopées japonaises, ou plus précisément aux « impressifs », selon le terme retenu par les linguistes. Cette catégorie linguistique proprement japonaise comprend des onomatopées classiques, c’est-à-dire des images acoustiques (on parle en japonais de giongo 擬音語), mais aussi des mots exprimant un mouvement ou une perception (les gitaigo 擬態語). Pour une première approche, des glossaires ludiques en français expliquent que si le chat miaule en faisant nya-nya et qu’une averse tombe zaa-zaa, une maison pika-pika est étincelante de propreté. Le cœur palpite doki-doki, et un sourire est un visage qui fait niko-niko. L’abstraction touche à son comble quand survient le silence, qui possède son onomatopée dédiée : shīn

De quoi poursuivre la réflexion sur les particularités des sons de la langue japonaise, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit.

Les informations pratiques

Colloque Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue

Événement organisé par la Bibliothèque nationale de France (BnF),  le Laboratoire Ligérien de Linguistique (LLL), le Centre de Recherche sur les Civilisations d’Asie Orientale (CRCAO) et le Centre d’Etudes Japonaises (CEJ), Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), sous le haut patronage de l’Ambassade du Japon en France et dans le cadre du programme Japonismes 2018.

Vendredi 25 janvier 2019 de 9h30 à 19h30 au Petit Auditorium de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand. Entrée libre.

En savoir plus

- Les collections sonores japonaises de la BnF, numérisées et accessibles via le portail France-Japon

- Les collections d’imprimés en linguistique japonaise disponibles en libre-accès (salles G et W)

- Sur les impressifs japonais, on peut consulter, en Bibliothèque de recherche, les travaux de Tsuji Sanae (en français), Ono Masahiro et Tamori Ikuhiro (en japonais).

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2019/01/a-la-decouverte-des-sons-de-la-langue-japonaise/trackback/

 

Laissez un commentaire



Pas d'URL (adresse de site web) ou alors sans le http, pour cause de spam.