Ailleurs

Autour de : Patrimoines et humanités numériques, quelles formations ? Appel à communications

5 février 2012
Église et cimetière du Mont Saint-Michel, dessin, 1842 - BnF, Estampes et photographie, coll. Destailleur

Église et cimetière du Mont Saint-Michel, dessin, 1842 - BnF, Estampes et photographie, coll. Destailleur

Articuler les nouveaux enjeux de la formation aux métiers du patrimoine avec les transformations plus générales de deux cultures : la culture académique et celle de la recherche, voilà le programme que se propose d’étudier le colloque international “Patrimoines et humanités numériques : quelles formations ?”, Lire le reste de cet article »

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn

Manifestations

François Cheng, à la croisée de la Chine et de l’Occident : colloque à la BnF

20 octobre 2011
François Cheng, calligraphie de deux caractères signifiant respectivement le chinois et le français

François Cheng, calligraphie de deux caractères signifiant respectivement le chinois et le français

Dans son essai intitulé Le Dialogue, publié en 2002 conjointement par les Presses artistiques et littéraires de Shanghaï et Desclée de Brouwer, François Cheng écrit :

Le destin a voulu qu’à partir d’un certain moment de ma vie, je sois devenu porteur de deux langues, chinoise et française [….] J’ai tenté de relever le défi en assumant, à ma manière, les deux langues, jusqu’à en tirer les extrêmes conséquences. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn

Collections et patrimoine

Eugène Belgrand et la question de l’eau à Paris

11 octobre 2010
Eugène Belgrand, in : École polytechnique, livre du centenaire, 1794-1894, vol. III

Eugène Belgrand, in : École polytechnique, livre du centenaire, 1794-1894, vol. III

Paris doit beaucoup à Eugène Belgrand (1810-1878), dont on célèbre cette année le bicentenaire de la naissance.

D’abord ingénieur des Ponts et Chaussées en Bourgogne, dans le département d’Avallon, il est repéré par le baron préfet Haussmann qui le fait nommer Inspecteur des Eaux et des Égouts, un poste-clé dans l’entreprise immense de réhabilitation de la capitale. Fin connaisseur du Bassin de la Seine dont il avait fait les relevés géologiques et hydrométriques, Belgrand s’attelle à la tâche difficile de faire venir l’eau de source aux robinets des Parisiens. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn

Ailleurs

Gloire aux traducteurs de Schopenhauer !

10 septembre 2010

Le 21 septembre prochain aura lieu la commémoration du 150e anniversaire de la mort de

celui qui a écrit Le Monde comme volonté et comme représentation et qui a apporté une solution au grand problème de l’existence” comme il se désigna lui-même dans l’un de ses écrits, soit Arthur Schopenhauer (1788-1860), le philosophe au chien, le caniche Atma, son seul héritier…

Jules Lunteschütz, Portrait de Schopenhauer, 1859 - Schopenhauer-Archiv

Jules Lunteschütz, Portrait de Schopenhauer, 1859 - Schopenhauer-Archiv

Pour fêter l’événement, un congrès international aura lieu les 22 au 24 septembre à Francfort-sur-le-Main après un concert à Mayence et après un autre congrès organisé par l’université Nancy 2, les jeudi 10 et vendredi 11 juin derniers ou la journée d’étude à la Maison de la Recherche à Paris, le 4 juin. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn

Le numérique

Un centenaire oublié : le naufrage du paquebot Le Général Chanzy

25 août 2010
Le Petit Journal, 27 février 1910 - BnF, bibliothèque numérique Gallica

Le Petit Journal, 27 février 1910 - BnF, bibliothèque numérique Gallica

À l’aube du 10 février 1910, le paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique, le Général Chanzy, fit naufrage au large de Minorque, dans l’archipel des Baléares, avec ses 87 membres d’équipage et ses 70 passagers.

Le navire qui couvrait la ligne Marseille-Alger, pris dans une tempête, fut drossé à la côte où il s’empala sur des rochers au large de la Punta Nati.

Pourquoi évoquer ce centenaire oublié de la France et de l’Algérie mais largement commémoré à Minorque, tant le naufrage avait marqué les esprits de l’île ? Parce qu’il illustre l’usage que les historiens et amateurs peuvent faire de la bibliothèque numérique Gallica. Lire le reste de cet article »

Partager ce billet
  • TwitThis
  • Facebook
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
  • LinkedIn