Les inventeurs

Les inventeurs : Scott de Martainville

25 avril 2009
Léon Scott de Martinville

Léon Scott de Martinville

Léon Scott de Martinville (1817-1879) qui travaille dans l’imprimerie comme typographe et correcteur, est en contact avec des scientifiques intéressés par la sténographie. Le phonautographe qu’il invente en 1857, doit permettre d’obtenir une sténographie naturelle: il est envisagé que l’on puisse répéter ce qui est prononcé simplement en lisant le tracé.

Tous les éléments des machines postérieures, qui lui sont redevables, sont déjà là: conque (cornet), diaphragme, stylet en poil de sanglier, cylindre qui tourne. Après l’enregistrement, un procédé chimique permet de fixer le tracé. L’originalité du phonautographe est de passer par l’intermédiaire de l’air car, auparavant, les tracés étaient obtenus en reliant directement un stylet au diapason ou à tout autre corps vibrant. Cependant, contrairement aux phonographes, la volonté est d’enregistrer le son et non de le restituer puisqu’il n’y a qu’un tracé à plat et pas de gravure.

Scott conclut un accord à Paris avec Rudolph Koenig, fabricant d’appareils scientifiques, pour la construction de l’appareil, conçu donc uniquement comme un appareil scientifique vendu comme tel en laboratoire.

D’après le rapport d’un scientifique nommé Jules Lissajous en 1858, le phonautographe a de nombreux défauts: notamment, des perturbations, qu’il n’a pas été possible de supprimer, proviennent de mouvements longitudinaux du poil de sanglier qui ne doit pourtant s’animer en théorie que d’un mouvement latéral. C’est donc une illusion que toute la richesse du son et de l’articulation puisse être transmise par un tel dispositif.

En 1877, Scott, estimant qu’Edison lui a volé son invention, fait des démarches administratives et politiques pour faire reconnaître ses recherches: on lui promet de l’argent pour continuer ses travaux mais cela ne débouche sur rien de concret. De toute manière, il s’est déjà éloigné de la recherche, notamment parce que son invention, aux mains de Koenig, lui a échappé.

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/voix/index.php/2009/04/25/les-inventeurs-scott-de-martainville/trackback/

 

Laissez un commentaire