Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 3

28 avril 2009

3e épisode : 1998-2007, où l’on se prépare à accomplir la prophétie d’Alfred Clark

Ouverture de l'urne 4 (1912) par les techniciens de Sobaten, en relation avec le C2RMF et le département de l’Audiovisuel de la BnF

Ouverture de l'urne 4 (1912) par les techniciens de Sobaten, en relation avec le C2RMF et le département de l’Audiovisuel de la BnF (cop. D. Cueco/BnF)

Quand arrive le moment de procéder à l’ouverture des urnes pour en dégager ces voix ensevelies, la BnF recherche l’appui scientifique et technique du Centre de recherche et de restauration des musées de France. Des radiographies confirment que les disques sont séparés les uns des autres par des plaques de verre et que certaines sont brisées. En outre, la lecture de correspondances d’époque laisse soupçonner la présence d’amiante, présence confirmée par des analyses en laboratoire.

Le travail ne peut donc être réalisé que par les soins d’une entreprise accréditée pour œuvrer en milieu amianté. Pendant une semaine, deux techniciens de la société Sobaten (laquelle mécène cette opération), installent une zone de confinement et un sas d’accès à celle-ci, et vérifient qu’ils correspondent aux normes légales d’étanchéité. Ensuite, deux jours sont passés par un restaurateur, assisté des techniciens de Sobaten, à effectuer des tests sur les deux urnes fracturées et vérifier que le mode opératoire prévu ne sera pas préjudiciable aux disques restés intacts. C’est seulement après ces derniers réglages que la zone de confinement est mise en dépression d’air et que l’ouverture des urnes peut véritablement commencer. L’ensemble des phases de cette opération fait l’objet d’une couverture photographique et est filmé par trois caméras fixes. Le couvercle de chaque urne est séparé de la cuve par un dispositif utilisant une scie circulaire, la pile des douze disques en est sortie grâce à un système de sangles d’origine, les disques et les plaques de verre sont précautionneusement retirés un par un pour être dépoussiérés, désamiantés et hermétiquement scellés afin d’échapper au confinement et de rejoindre le monde extérieur. Le 17 septembre 2008, un premier disque est sorti et préparé afin d’être écouté : c’est le discours de Firmin Gémier que nul n’avait entendu depuis le 13 juin 1912.


Photos : Reutlinger - © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Urnes © BnF, département de la Reproductio;
DVD © Enzo Forciniti

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!
Adresse du rétrolien (trackback) pour ce billet :
http://blog.bnf.fr/voix/index.php/2009/04/28/le-feuilleton-des-urnes-de-lopera-3/trackback/

 

Laissez un commentaire