À propos

 

Le blog “Les voix ensevelies”, à l’initiative de la Bibliothèque nationale de France, a été créé pour ajouter un nouvel épisode au feuilleton des Urnes de l’Opéra, commencé en décembre 1907 dans les sous-sols du Palais Garnier. Après le colloque des 8 et 9 décembre 2008 et l’exposition virtuelle « Des Voix ensevelies », c’est maintenant une urne virtuelle que nous vous proposons où exprimer votre choix des disques qui ont marqué depuis cent ans. Votez et vous contriburez à la sélection de 100 enregistrements sonores publiés du siècle à faire réécouter en 2109.

Ce blog est aussi un lieu d’échange, un espace de débat pour découvrir, partager, s’enthousiasmer en compagnie de Caruso, Nellie Melba, Emma Calvé, Marcel Journet, Fritz Kreisler, Reynaldo Hahn, Hector Dufranne, Berthe Auguez de Montalant, Francesco Tamago, Adelina Patti, Claudio Abbado, Alain Bashung, Georges Brassens, John Eliot Gardiner… 

Cet espace est ouvert à tout le monde, aux mélomanes comme aux amateurs quotidien de toutes les musiques..

Les urnes de 1907 © Pascal Lafay-Bnf

Les urnes de 1907 © Pascal Lafay-Bnf

Quatre urnes de plomb ont été mises en réserve pour cent ans avec 48 enregistrements publiés entre 1905 et 1911 par la Compagnie française du Gramophone. Des sous-sols du Palais Garnier où elles étaient d’abord enfermées, ces urnes sont passées dans les magasins du département de l’Audiovisuel de la BnF auquel les a confiées l’Opéra en 1989. C’est là qu’elles ont été ouvertes avec toutes les précautions et contraintes que nécessitait la présence d’amiante placée à l’époque pour protéger les disques. C’est là que les disques, extraits, dépoussiérés ont été lus et transférés sous forme de fichiers numériques de haute définition.
La Bibliothèque nationale de France conserve, au sein de son département de l’Audiovisuel, un patrimoine sonore rassemblé depuis 1911 : un  million de cylindres, disques à gravure verticale ou à gravure latérale, microsillons, bandes et cassettes magnétiques, disques compacts, etc.

Sa mission consiste à collecter ces richesses, notamment par le dépôt légal instauré en 1938 pour les enregistrements sonores, à les conserver et  à permettre aux lecteurs et aux visiteurs de les consulter ou de les admirer. La BnF dispose donc d’espaces de lecture mais organise aussi des expositions, des conférences, des colloques, afin de faire connaître ses collections et de les faire vivre.

L’équipe du blog

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

Les commentaires sont clos pour ce billet.