Archives de la catégorie Les urnes de l’Opéra

Le mystère des urnes volées, Les urnes de l’Opéra

Ph n’a bien sûr jamais existé ni écrit.

20 juillet 2009

Sous ce paraphe fantaisiste, se dissimulaient les organisateurs de la Chasse au trésor 2009 lancée par les différentes mairies d’arrondissement de Paris.

La chasse est terminée et les éléments totalement imaginaires qui l’accompagnaient sont retirés du blog.

Bonnes vacances

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 5

8 mai 2009

5ème épisode : où l’on prépare l’urne du XXIe siècle

© Enzo Forciniti

Effet ou cause de la diffusion massive des disques par une industrie qui fut florissante jusqu’à l’aube du XXIe siècle, la hiérarchie des valeurs musicales, en un siècle, a été totalement révisée. Aujourd’hui, aucun producteur phonographique, aucune institution culturelle, ne choisirait de ne transmettre à la postérité que de la musique classique, essentiellement lyrique !

Pour les générations futures nous voulons nous aussi préparer un héritage équivalent à comprendre et, si possible, à goûter. Pour ce faire tous les formats imaginés pour fixer et restituer des sons, apparus parfois fort brièvement, tous les genres musicaux, doivent faire l’objet d’une sélection représentative et documentée. Ces propositions formeront une « urne virtuelle » insérée dans le magasin numérique que met actuellement en œuvre la BnF pour préserver l’ensemble des données numériques qu’elle reçoit ou génère par ses programmes de numérisation. Ces enregistrements seront aussi matériellement inscrits sur des supports et mis à l’abri des outrages du temps dans des conditionnements similaires à ceux utilisés pour les déchets nucléaires.

À vous de jouer…

Photos : Reutlinger - © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Urnes © BnF, département de la Reproductio;
DVD © Enzo Forciniti

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 4

4 mai 2009

4e épisode : 2008, où l’on recueille l’héritage

© Pascal Lafay / Bnf

© Pascal Lafay / BnF

Après bien des vicissitudes donc, tous les disques sont enfin extraits de leur urne d’acier ou de plomb et commencent à « parler ». Divers procédés de lecture sont appliqués à certains des disques contenus dans les urnes ainsi qu’à des exemplaires « frères » ayant, eux, été normalement utilisés et auxquels moins de contraintes patrimoniales s’appliquent. Ce sont, considérablement améliorés par l’effet de l’électricité, les procédés, connus dès 1907, du contact direct d’une pointe de lecture avec le signal gravé sous forme d’un sillon dans la pâte. Mais ce sont aussi, que n’imaginait pas Alfred Clark, diverses méthodes de conversion numérique directe de ce signal sans nécessité d’écoute préalable ni de contact avec le disque. Lire le reste de cet article »

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 3

28 avril 2009

3e épisode : 1998-2007, où l’on se prépare à accomplir la prophétie d’Alfred Clark

Ouverture de l'urne 4 (1912) par les techniciens de Sobaten, en relation avec le C2RMF et le département de l’Audiovisuel de la BnF

Ouverture de l'urne 4 (1912) par les techniciens de Sobaten, en relation avec le C2RMF et le département de l’Audiovisuel de la BnF (cop. D. Cueco/BnF)

Quand arrive le moment de procéder à l’ouverture des urnes pour en dégager ces voix ensevelies, la BnF recherche l’appui scientifique et technique du Centre de recherche et de restauration des musées de France. Des radiographies confirment que les disques sont séparés les uns des autres par des plaques de verre et que certaines sont brisées. En outre, la lecture de correspondances d’époque laisse soupçonner la présence d’amiante, présence confirmée par des analyses en laboratoire.
Lire le reste de cet article »

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 2

23 avril 2009

2e épisode : 1989-1998, où l’on porte secours aux urnes profanées

Les urnes de 1907 - © Pascal Lafay / BnF

En 1989, quand l’Administrateur général du Théâtre national de l’Opéra de Paris demande qu’on puisse accéder au sous-sol du Palais Garnier pour y réaliser des travaux de climatisation, on constate que deux des cinq urnes entreposées ont été éventrées et vidées de leur contenu. Ainsi ont disparu le phonographe et douze des disques de 1912 !
On en avertit les gardiens du trésor, les responsables des Archives de l’Opéra qui, depuis 1935, constituent la Bibliothèque-musée de l’Opéra, entité de la Bibliothèque nationale. La directrice, Martine Kahane, organise alors le sauvetage des urnes inviolées. Par convention entre l’Opéra et la Bibliothèque nationale, les trois urnes toujours scellées et les deux cadavres sont confiés au département de la phonothèque et de l’audiovisuel de la BN et transportés, tout près, 2 Rue de Louvois. Dans des zones de stockage mieux adaptées car plus fréquentées, ces précieuses reliques pourront attendre d’être découvertes en 2007.
Mais en juillet 1988, il est aussi décidé que la Bibliothèque nationale va elle-même connaître une considérable aventure et investir un bâtiment imposant, sur la rive gauche de la Seine. En août 1998, les collections du département gardien des urnes de l’Opéra qui, entre temps, est devenu le département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, sont installées dans des magasins du site de Tolbiac. Les urnes de l’Opéra ont, bien sûr, été du voyage !


Photos : Reutlinger - © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Urnes © BnF, département de la Reproductio;
DVD © Enzo Forciniti

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra

18 mars 2009

« Le fantôme de l’Opéra a existé », ainsi commence le récit publié par Gaston Leroux en 1910.

Reutlinger - La cantatrice Nellie Melba (1861-1931), dans le rôle d'Ophélie

Reutlinger - La cantatrice Nellie Melba (1861-1931), dans le rôle d'Ophélie

« Dernièrement, en creusant le sous-sol de l’Opéra, pour y enterrer les voix phonographiées des artistes, le pic des ouvriers a mis à nu un cadavre. […] Je suis sûr, bien sûr, d’avoir prié sur son cadavre, l’autre jour quand on l’a sorti de terre, à l’endroit même où l’on enterrait les voix vivantes. »
Gaston Leroux a écrit le feuilleton de cet être mystérieux, à nous, ici, de consigner les épisodes d’un feuilleton limitrophe et contemporain, celui des « voix vivantes » enfouies dans les souterrains du Palais Garnier, il y plus de cent ans maintenant.

Photos : Reutlinger - © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Urnes © BnF, département de la Reproductio; DVD © Enzo Forciniti

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 1er épisode

18 mars 2009

1er épisode : 1907-1988, où l’on enfouit pour cent ans les plus belles voix du siècle

Photographie officielle de la cérémonie d'enfouissement de 1907

Le 24 décembre 1907, à 15h 30, un étonnant cortège accompagnait, dans les sous-sols du Palais Garnier jusqu’à un caveau fermé par une porte en fer, deux urnes de métal qu’on avait au préalable hermétiquement scellées. Cet abri d’outre-tombe avait été réalisé sur mesure pour recevoir et garder hors du monde extérieur, vingt-quatre « disques dramophones », comme l’on désignait alors les plaques de résine impressionnés par la trace de sons enregistrés.

Lire le reste de cet article »

Erreur de la base de données WordPress Unknown table 'voix_term_taxonomy' in on clause pour la requête SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS voix_posts.* FROM voix_posts LEFT JOIN voix_cat_visibility ON (voix_term_taxonomy.term_id = voix_cat_visibility.cat_ID) AND voix_term_taxonomy.taxonomy = 'category' WHERE 1=1 AND voix_posts.post_type = 'post' AND (voix_posts.post_status = 'publish') AND ((voix_cat_visibility.archives=1 AND voix_cat_visibility.cv_user_level<=0) OR post_status='static' OR voix_cat_visibility.cat_ID IS NULL) ORDER BY voix_posts.post_date DESC LIMIT 0, 5 faite par get_posts