L’urne du XXIe siècle

Les votes au 15 juillet

15 juillet 2009

5 104 votes exprimés portant sur 482 titres

138 titres de musique classique
125 titres de chanson
82 titres de rock
47 titres de jazz
39 titres de musique de film
30 titres de musique du monde
21 titres de voix parlée

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

L’urne du XXIe siècle

Des nouvelles du déroulement du scrutin

2 juillet 2009

A nouveau nous constatons des tentations de bourrer artificiellement l’urne du XXIe siècle pour y assurer la présence d’un titre fétiche !

Nous pouvons suivre ce genre d’opération et nous garantissons aux électeurs plus civiques que nous saurons ne pas nous laisser abuser!

Merci à tous

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

L’urne du XXIe siècle

Un nouveau pointage des votes exprimés

19 juin 2009

4 295 votes exprimés sur 431 titres différents

ainsi répartis 

Classique : 131 titres
Chanson : 105 titres
Rock : 64 titres
Jazz : 45 titres
Musique de film : 35 titres
Musiques du monde : 30 titres
Voix parlée : 21 titres

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

La quête du son

L’enregistrement numérique

18 juin 2009
Enregistrement sur disque dur. © Ilker

Enregistrement sur disque dur. © Ilker

Dès 1937, Reeves avait inventé la Modulation par Impulsion Codée, fondement de l’enregistrement numérique, mais il fallut attendre les progrès de l’informatique pour généraliser l’enregistrement numérique du son. Les premiers sont réalisés en 1979, conjointement par DECCA (”Concert du nouvel an” par Boskowsky) et Deutsche Grammophon (”Concerto de Tchaikovsky” par Gidon Kremer). En fait, l’apparition du CD audio est liée aux expérimentations effectuée dès les années 60 pour enregistrer l’image sur disque. En 1978, Philips invente un disque vidéo, le Vidéodisque, lu par un faisceau laser capté par une photodiode, et sort en 1982 le Compact Disc, utilisant la même technologie.

Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

La quête du son

L’enregistrement électrique : 1925-1947

2 juin 2009
Un micro à charbon

Un micro à charbon

L’idée est d’amplifier le signal avant de le graver, en utilisant les technologies mises au point pour la radio, afin d’éviter les distorsions des signaux les plus faibles. Le microphone existe depuis 1876 — les premiers essais d’enregistrement avec micro datant de 1896 — et la lampe triode, permettant d’amplifier les signaux électriques, depuis 1906. De premiers essais de gravure amplifiée sont tentés par des ingénieurs de HMV en 1920, mais il s’agit d’amplifier le son par un haut-parleur avant de le graver avec un graveur mécanique. Ce n’est qu’en 1925 qu’apparaissent les premiers véritables enregistrements électriques, aux USA puis en Europe, d’abord avec des micros au charbon, dérivés de ceux utilisés dans les téléphones, assez médiocres, puis avec des micros à condensateur, très proches de ceux toujours utilisés aujourd’hui, comme les fameux Neumann, qui servaient au départ pour sonoriser les discours de Hitler. Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

L’urne du XXIe siècle

Où en est le scrutin ?

26 mai 2009

3 mois après l’ouverture du blog des voix ensevelies, 374 enregistrements ont été proposés

Par catagories, les titres se répartissent entre :
la musique classique  125,
la chanson  75,
le rock  49,
le jazz 32,
la musique de film  30,
la voix parlée 18,
les musiques du monde 15

Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

La quête du son

L’enregistrement acoustique : 1877-1925

20 mai 2009

Une séance d'enregistrement d'opéra en 1908. On voit les violons Stroh au premier rang.

Malgré l’essor croissant de la musique enregistrée, le son des disques ou cylindres à enregistrement acoustique, n’est pas excellent. En effet, les enregistrements sont effectués sans amplification, seules les vibrations sonores actionnent le burin graveur.

Leur force mécanique est très faible et l’on ne peut enregistrer que des instruments au puissant volume sonore, et à condition, encore, qu’ils soient très près du cornet acoustique. Les séances d’enregistrements sont épiques : plus de douze heures en continu le chanteur doit répéter son morceau à tue tête, l’accompagnement d’orchestre se réduit à quelques musiciens, les instruments à cordes frottées sont remplacés par des vents ou adaptés comme le violon Stroh dont les cordes sont montées directement sur un diaphragme amplifié par un cornet. Les voix passent plus ou moins bien, celles des hommes mieux que celles des femmes, en raison de la très faible bande passante — 250 à 2.500 Hz, à peine celle du téléphone — qui supprime toutes les fréquences aiguës. Enfin le bruit de fond est très important, réduisant le rapport signal/bruit à 10 dB. Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

Les inventeurs

Les inventeurs : Emile Berliner

10 mai 2009

Emile Berliner

Jeune émigré allemand né à Hanovre et arrivé clandestinement à New-York à la fin d’avril 1870, Emil Berliner (1851-1929) s’inspire fortement du procédé d’enregistrement sur noir de fumée de Léon Scott et des idées exposées par Charles Cros dans son pli cacheté : d’une certaine manière, il réalise dans une série de brevets déposés entre 1887 et 1888 tout ce que Cros a pressenti. Toutefois, l’existence d’un brevet de Bell et Tainter présentant le principe de l’enregistrement du son dans la cire lui interdit le droit d’y recourir.

Dans un premier temps, en 1887, il compte enregistrer sur une feuille enduite de noir de fumée et placée sur un cylindre mais abandonne cette idée car il veut utiliser la photogravure, qui exige un support plat offrant une certaine transparence une fois enregistré : si l’enregistrement est fait sur une feuille enroulée, son dégagement du cylindre et sa mise à plat endommageraient ce qui vient d’être enregistré. De même, les nécessités de la photogravure lui imposent d’abandonner la gravure verticale pour une gravure latérale. Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

Les urnes de l’Opéra

Le feuilleton des urnes de l’Opéra : 5

8 mai 2009

5ème épisode : où l’on prépare l’urne du XXIe siècle

© Enzo Forciniti

Effet ou cause de la diffusion massive des disques par une industrie qui fut florissante jusqu’à l’aube du XXIe siècle, la hiérarchie des valeurs musicales, en un siècle, a été totalement révisée. Aujourd’hui, aucun producteur phonographique, aucune institution culturelle, ne choisirait de ne transmettre à la postérité que de la musique classique, essentiellement lyrique !

Pour les générations futures nous voulons nous aussi préparer un héritage équivalent à comprendre et, si possible, à goûter. Pour ce faire tous les formats imaginés pour fixer et restituer des sons, apparus parfois fort brièvement, tous les genres musicaux, doivent faire l’objet d’une sélection représentative et documentée. Ces propositions formeront une « urne virtuelle » insérée dans le magasin numérique que met actuellement en œuvre la BnF pour préserver l’ensemble des données numériques qu’elle reçoit ou génère par ses programmes de numérisation. Ces enregistrements seront aussi matériellement inscrits sur des supports et mis à l’abri des outrages du temps dans des conditionnements similaires à ceux utilisés pour les déchets nucléaires.

À vous de jouer…

Photos : Reutlinger - © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Urnes © BnF, département de la Reproductio;
DVD © Enzo Forciniti

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!

Les inventeurs

Les inventeurs : Thomas Alva Edison

5 mai 2009
Thomas Edison

Thomas Edison

Thomas Alva Edison (1847-1931) dispose à Menlo Park, à West Orange dans le New Jersey, d’un laboratoire et d’une équipe qui travaillent sur le téléphone et le télégraphe. Ce serait au cours de ses recherches sur le télégraphe, en entendant de petits bruits quand une pointe de répétiteur télégraphique parcourt une feuille de papier, qu’il aurait eu l’idée de la technique à employer pour l’enregistrement et la diffusion du son. Il faut dire qu’avec le téléphone, beaucoup de choses sont déjà en place: plaque vibrante pour restituer le son de la voix, phonet acoustique, etc.

Les recherches commencent vraiment en juillet 1877. Edison fait en novembre 1877 un croquis sur la base duquel un de ses ouvriers aurait fabriqué un premier appareil : la phrase-test est le début d’une comptine enfantine américaine, « Mary had a little lamb ». Les premiers brevets datent de décembre 1877 et les premières applications de janvier 1878; la première démonstration publique a lieu le 17 janvier 1878. Lire le reste de cet article »

Partager :
  • del.icio.us
  • Google
  • Facebook
  • HelloTxt
  • TwitThis
  • Ping.fm
  • Digg
  • E-mail this story to a friend!
  • Print this article!